Le renouvellement sénatorial du 28 septembre dernier a vu la Haute assemblée basculer à nouveau à droite, après trois ans d'alternance, amenant de nouveaux équilibres et l'élection de Monsieur Gérard Larcher à la Présidence du Sénat.

Revenir à l'accueil

Le 28 septembre, le Sénat est repassé à droite, après trois années d'alternance. La défaite était prévisible pour la gauche, suite aux résultats des dernières élections municipales et à la courte majorité dont disposait la gauche au Sénat.  Le Front national a également fait son entrée dans la Haute assemblée, signe particulièrement inquiétant de l’évolution des mentalités politiques et de la banalisation de ce parti, qui a su mobiliser des grands électeurs au-delà de son électorat.

Ce renouvellement partiel du Sénat concernait également  cinq collectivités d’outre-mer : la Polynésie française, Saint Barth, Saint Martin, la Guyane et Wallis et Futuna. En 2011, les voix de l’outre-mer avaient permis de faire basculer le Sénat à gauche avec 11 Sénateurs ultramarins socialistes ou apparentés. Cette année, les équilibres droite-gauche n’ont pas bougé pour les territoires d’outre-mer. La gauche a perdu un siège en Polynésie, mais en a gagné un à Saint Martin. Sans surprise, le Pacifique a voté à droite : deux proches de Gaston Flosse ont fait leur entrée au Palais du Luxembourg : Teura Iriti et Vincent Dubois, qui ont adhéré au groupe UDI (leur élection a depuis été annulée par un recour, un nouveau vote est prévu le 3 mai prochain). A Wallis et Futuna, le Sénateur sortant Monsieur Robert Laufoaulu a été réélu dès le premier tour, de même que Michel Magras à Saint Barthelemy. A Saint Martin,  Guillaume Arnell a gagné le siège laissé vacant par la démission de Louis-Constant Flemming, et a rejoint les bancs du groupe RDSE au Sénat. Enfin, en Guyane, Georges Patient a été réélu au premier tour, mais Jean-Etienne Antoinette a été battu au second tour par Antoine Karam, qui vient également siéger au groupe socialiste.

Les 348 Sénateurs se répartissent donc ainsi : 143 UMP, 112 socialistes, 42 UC, 18 CRC, 13 RDSE, 10 écologistes et 9 non-inscrits.

Après ces résultats, nous avons donc élu un nouveau Président du Sénat en la personne de Gérard Larcher, qui fut déjà notre Président de à 2008 à 2011. Je le sais attentif à nos outre-mer car c’est lui qui, en 2009, avait pris l’initiative de créer une mission commune d'information sur la situation des départements d'outre-mer que j’avais eu l’honneur de présider. Les 100 propositions que nous formulions alors dans notre rapport de 2009 pointaient la chance que constituaient les outre-mer pour la France. Espérons que la maison des collectivités continuera à donner une place particulière à nos territoires, garante de leurs spécificités.

Pour plus de détails sur les réultats des élections sénatoriales de septembre 2014, consultez le site du Sénat.

Retourner au menu précédent